Dans la journée du 15 octobre, les jeunes chercheurs de l’université d’archéologie d’Ireki ont fait une incroyable découverte sur le site archéologique qu’ils étudient actuellement : un squelette quasi-complet de baleine… avec des pattes ?!

Un paléontologue, le professeur Henrik Virtanen, a rapidement été contacté afin d’identifier la créature : il s’agirait de l’ancêtre de la baleine, Peregocetus pacificus, qui vivait dans un milieu semi-aquatique il y a 40 millions d’années !
Ce mammifère vivait principalement sur terre, et a évolué pour ne vivre qu’en mer. Nous n’en savons pas plus sur le processus d’évolution de cet animal d’antan, mais les recherches se poursuivent sous la bienveillance de l’institut de paléontologie de Tiksi.

Des analyses complémentaires permettront de donner précisément l’age du spécimen, ainsi que des informations sur son alimentation.
« Nous allons devoir faire une datation précise en utilisant la technique au carbone 14, c’est le meilleur moyen de savoir à quelle période vivait ce spécimen de façon précise », nous explique le professeur.
Le professeur Virtanen nous a également avoué être impressionné par l’état de préservation de la créature, il assure pouvoir en apprendre énormément grâce à lui, car les premier spécimens découverts au Pérou et en Afrique étaient dans des états beaucoup plus avancés. Il semblerait que la bête ait été emprisonnée dans la glace rapidement après son décès, ce qui a permis de la conserver jusqu’à aujourd’hui de façon totalement naturelle.

Notre ville peut être fière de ces jeunes chercheurs, qui vont pouvoir travailler avec le professeur Virtanen pendant « au moins les 50 années à venir ! » d’après celui-ci ! Ce site archéologique semble nous réserver encore quelques surprises, et nous serons bien sûr à vos côté pour vous faire partager les moindres détails de ces découvertes !

Vous pouvez retrouver l’interview intégrale du professeur Virtanen sur le site de l’université d’archéologie d’Ireki :
http://www.irekiuniversite.com

Catégories : Actualités

Accessibilité